Les maires de Tournus au XIX ème siècle

Bonnaventure Boudier, médecin, fut nommé en 1815, et l’était encore en 1823

C’est sous son administration que le pont de Tournus a été fondé : il en a posé la première pierre en 1799.

LES MAIRES

D’après Jean-Louis Bompar

Eugène Delaval, maire, fut nommé peu de temps après conseiller de préfecture et donna sa démission de maire.

  1. Bonne nommé en 1801 fut ensuite nommé juge au tribunal de 1ère instance de Mâcon et démissionna.

  2. Dunand devint maire en 1801 et en exerça la fonction jusqu’en 1814.

Jacques Gilbert Delaval ,1815 garde du corps

Olivier Demortière, propriétaire, a exercé la fonction de 1823 à 1826 ; il fut nommé en remplacement de M. Boudier père qui avait été destitué pendant un moment de crise et de réaction royaliste.

Jean-François Delavaux, garde du corps puis capitaine de gendarmerie et commissaire de police a remplacé M. Demortière en 1826. Il fut destitué en 1830 après la révolution du mois de juillet. Pendant son administration la ville a vendu les petites casernes grande rue du nord, l’ancienne maison curiale de St Philibert.

Jean-Bonnaventure Boudier, avocat, lui succéda. Mais il fut nommé procureur du roi à Mâcon et n’exerça que pendant quelques mois.

Claude-Michel Canard médecin, a été deux fois maire, d’abord sur la fin de 1830, puis au mois de mars 1848 où il accepta de nouveau la place par patriotisme, dans un moment de terreur et d’anarchie. Sous son administration la ville est rentrée en possession des casernes, dont le département s’était emparé vers 1807 pour y faire une maison de correction.

Louis-Ferdinand Lataud médecin , a été maire jusqu’au 8 mars 1848, date à laquelle il dut donner sa démission.

Jean-Louis Bompar, notaire, fit fonction de maire du 7 août 1850 au 23 janvier 1852. Il fut destitué par le préfet. Il reçut Louis Napoléon Bonaparte alors président de la République lors de son passage à Tournus le 14 août 1850. Il obtint le dragage du port.

Alexis Bessard a fait construire les écoles publiques de Tournus en 1880.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *