Le cinéma La Palette

DU PASSAGE CADOT AU CINEMA

2018 : le cinéma est rénové

   photos : ville de Tournus, collectif La Palette, Tournus citoyens

la foule des grands jours

la salle rénovée

le ruban

la salle est pleine

discours du directeur

les représentantes de cinémascotte

au nom du collectif la Palette

les personnalités

un public heureux

l’histoire du cinéma


Historique
1911 : M. Cadot fait à sa mort un legs de 30 000 fr à la ville, « somme destinée à l’exécution de travaux de salubrité ou d’utilité publics ».

Avec cette somme, la ville se rend acquéreur de l’immeuble Cormod : « la maison sera démolie et son emplacement couvert, ainsi que tout l’espace compris entre la rue du centre et le quai » pour y faire un marché couvert.

1956 : le Passage Cadot n’étant pratiquement plus utilisé et se trouvant en mauvais état, la ville (M. le Docteur Léon Barge étant maire) cède le bail à M. Martin Parsékoff pour y installer un cinéma qui prend le nom de La Palette.

1986 : la municipalité de Roger Gautheron achète le droit de gérance (la ville est toujours restée propriétaire des murs) et restaure entièrement le cinéma. M.Parsékoff, très attaché au lieu, continue à y résider et à être projectionniste, mais un animateur, Patrick Dallet, est nommé.
Après travaux de rénovation, le cinéma municipal est inauguré le 23 juin 1988 par Marie-Christine Barrault, qui possédait la maison de son oncle Jean-Louis Barrault en Beauregard.

1990 : Buny Gallorini succède à Patrick Dallet. Elle crée le Festival des Droits de l’Homme avec des invités prestigieux, instaure « Collège au cinéma ». Son travail est reconnu officiellement en 2004, année où La Palette devient « Cinéma d’Art et d’Essai ».

2004 : Buny Gallorini part à Toulouse pour prendre la direction d’un cinéma plus important. Elle est remplacée par Evelyne Hamard puis par Bertrand Porcherot.

En 1996, Claude Berri tournait une scène de son film « Lucie Aubrac » à Tournus : c’était l’arrestation de Jean Moulin, interprété par Patrice Chéreau.
Daniel Auteuil était Raymond Aubrac, Carole Bouquet était Lucie Aubrac. Le quartier de l’Abbaye a servi de décor.

en 2008, le cinéma municipal a fêté ses 20 ans

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *